Les remèdes pour lutter contre le cancer

by lalancuras

Aujourd’hui, les médecins disposent de plusieurs outils pour traiter le cancer. Grâce au travail inlassable des chercheurs, de nouvelles thérapies, meilleures que les actuelles, sont étudiées chaque jour.

Les tumeurs se manifestent à des stades distincts :

  • la maladie initiale, ou localisée, dans laquelle une seule tumeur est présente à un seul endroit ;
  • le stade de récidive, possible et postopératoire, dans lequel la maladie réapparaît, mais toujours et uniquement à l’endroit où elle est apparue ;
  • la forme disséminée, dans laquelle les cellules malignes sont sorties de l’organe d’origine pour coloniser d’autres organes même à distance (métastase).

Les tumeurs du sang sont par nature très répandues dès le début, mais elles se distinguent également aux premiers stades de la maladie résiduelle minimale et de la récurrence.

Chaque tumeur nécessite une approche différente et souvent une durée de traitement différente. En général, plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement peut être rapide et efficace. Il y a cependant des exceptions. Certains cancers, comme le cancer des testicules, répondent bien à la chimiothérapie et peuvent guérir complètement même s’ils ont déjà des métastases. Cependant, d’autres tumeurs, comme certaines tumeurs cérébrales, sont difficiles à traiter, même lorsqu’elles sont initiales et localisées.

Une personne qui ne présente plus de signes ou de symptômes de maladie 5 ans après la fin du traitement est généralement considérée comme étant guérie. Dans certains cas, comme certaines formes de cancer du poumon ou de la prostate, il est préférable d’attendre 10 ans avant que le pronostic ne se dissolve. Cela ne signifie pas que la personne est constamment sous traitement, au contraire : celui-ci est souvent concentré dans les premiers mois suivant le diagnostic, puis seuls des contrôles périodiques sont effectués pour voir s’il y a des cellules cancéreuses résiduelles ou si la maladie réapparaît.

Les outils disponibles pour lutter contre le cancer

La médecine dispose de plusieurs outils pour lutter contre le cancer.

La surveillance dite active est réservée aux formes de cancer à croissance très lente, comme certains cancers de la prostate : seule la maladie est maintenue sous étroite surveillance avec des examens répétés, sans intervention. Ce n’est que si le médecin constate une accélération soudaine de la maladie qu’il est possible de passer à un véritable traitement.

La chirurgie est la principale option pour la plupart des tumeurs solides. Parfois, pour faciliter le travail du scalpel, on tente de réduire la taille de la tumeur par une chimiothérapie ou une radiothérapie préopératoire.

La radiothérapie utilise les rayons X pour détruire les cellules cancéreuses. Il est généralement concentré autant que possible dans la zone touchée par la maladie pour éviter d’endommager les cellules saines. Il peut être utilisé avant une opération pour réduire la taille d’une tumeur solide ou parfois comme seule thérapie si la tumeur est très sensible à l’effet des radiations. Ces dernières années, l’utilisation de la radiothérapie peropératoire s’est également généralisée pour certains cancers dans des circonstances particulières. Lors de la chirurgie, cela permet de concentrer une dose plus élevée de rayonnement dans la zone même où la tumeur s’est développée, réduisant ainsi le risque de récidive.

Dans d’autres cas, il est possible de placer une source permanente de rayonnement dans la zone à traiter ou à proximité de celle-ci. On parle alors de brachythérapie (dérivé du grec brachýs, lent), ou de radiothérapie interne. La curiethérapie peut être utilisée seule ou en combinaison avec d’autres formes de traitement.

La chimiothérapie utilise des médicaments cytotoxiques, qui sont toxiques pour les cellules, car ils bloquent la division des cellules en réplication rapide, sans faire la distinction entre les cellules saines et les cellules malades. C’est pourquoi la chimiothérapie a des effets secondaires sur tous les tissus à réplication rapide, tels que les muqueuses, les cheveux et le sang.

L’hormonothérapie modifie l’équilibre de certaines hormones dans l’organisme. Il est principalement utilisé pour tenir à distance les tumeurs dites hormono-sensibles, comme le cancer du sein et de la prostate, dans lesquelles ces substances stimulent la division cellulaire.

Les médicaments cibles biologiques ou moléculaires sont des substances qui peuvent “reconnaître” la cellule cancéreuse et favoriser sa destruction par le système immunitaire. Il peut s’agir d’anticorps capables de diriger un médicament à l’intérieur de la cellule malade, provoquant sa destruction. D’autres médicaments biologiques sont des inhibiteurs de kinases, qui interfèrent avec les messagers chimiques utilisés par les cellules pour se développer et se reproduire.

L’immunothérapie consiste en des médicaments qui stimulent le système immunitaire contre les cellules cancéreuses.

Récurrences et métastases

Dans certains cas, la tumeur peut revenir même après un ou plusieurs cycles de traitement. La récidive se produit au même endroit que la première apparition de la maladie et est due à la forme dormante (c’est-à-dire “au repos”) de certaines cellules malignes qui ont résisté à la chirurgie et aux traitements de radiothérapie et de chimiothérapie. Lorsque la maladie réapparaît ailleurs dans l’organisme, il s’agit soit de métastases, soit de tumeurs secondaires. Cela est dû au fait que certaines cellules cancéreuses se sont répandues dans le corps.

Pourquoi un nouveau traitement dont parlent les journaux n’est-il pas immédiatement applicable ?

Les médias sont toujours à la recherche de nouvelles sur le traitement du cancer, car c’est une maladie qui touche de nombreuses personnes. Parfois, les patients se présentent avec l’espoir de recevoir une coupure de journal de leur médecin, qui ne répond pas à la sollicitation avec autant d’optimisme. La raison est simple : les journaux et les chaînes de télévision rapportent des données qui font souvent référence à des stades très précoces de la recherche d’une nouvelle thérapie. Cela signifie que les preuves d’efficacité sont prometteuses mais pas encore suffisantes pour offrir la thérapie à tous les patients.

En outre, les médias ne rendent souvent pas compte avec précision de la différence de bénéfice entre le nouveau traitement et ceux déjà disponibles, ni de l’étendue et de la gravité des effets secondaires. Afin d’éviter que les patients ne reçoivent des thérapies inappropriées, les sociétés scientifiques internationales et nationales élaborent des documents, appelés “guidelines”, qui donnent des indications sur les protocoles de traitement les plus scientifiquement appropriés. Afin d’élaborer les lignes directrices, un groupe d’experts se réunit et examine les preuves pour et contre différents types de traitement et établit une sorte de protocole de comportement que les médecins devraient suivre pour traiter cette maladie particulière. Cela favorise la diffusion de thérapies dont l’efficacité est prouvée et qui présentent un bon rapport risques-avantages, ainsi qu’une certaine uniformité dans la manière dont les patients atteints d’un cancer présentant des caractéristiques communes devraient être traités dans les différents centres hospitaliers.